Le sumo : sport de combat culte au Japon

le-sumo-sport-de-combat-culte-au-japon.jpg

La tradition du sumo au Japon

Le sumo fait partie d’un sport de lutte traditionnelle japonaise reliant gabarits des lutteurs et rites traditionnels. Le sumo est un sport hors du commun car dans leur tradition, les lutteurs sont appelés préalablement par yobidashi à monter sur le dohyo avant l’affrontement. Avant que le combat ne commence, les lutteurs effectuent tout d’abord une chasse aux esprits en frappant le sol avec leurs pieds après qu’ils les aient levés très haut. Ce rituel est nécessaire pour le respect du sumo lui-même. Les japonais appellent ça le shiko.

Dans ce même combat, au cas où il y a purification, les japonais empoignent dans leur main du sel et la lancent sur le cercle de combat. Le rituel de l’eau de force est également un rituel qui marque le sumo, il s’agit du rikishi ou lutteur sumo qui boit de l’eau et qui le recrache après. Bref, les trois  points qui viennent d’être évoqués sont la tradition du sumo avant l’affrontement. Sinon, il est de tradition pour le sumo que le rikishi suit un régime alimentaire très rigide notamment le chankonabe à base de protéines. Ce dernier ne mange que deux fois dans la journée, le midi et à 20 heures.

tradition-du-sumo.jpg

Toutes les règles du combat

En sumo, l’objectif de chaque lutteur serait de faire sortir son adversaire du cercle de combat ou de lui faire toucher le sol par une autre partie du corps à l’exception de la plante des pieds. Dans les règles du sumo, avec aucune limite de poids, le combat se joue uniquement dans le cercle, celui qui arrive à faire sortir son adversaire du cercle ou l’a fait tomber sur le ring du combat ou dohyo peu importe la partie du corps concerné est le gagnant. Mais toutefois sont exclus la suffocation, le tirage des cheveux, les coups de pieds sur l’estomac et la poitrine, et les coups de poings.

sumo.jpg